Les fautes d’orthographe et l’écriture, une relation passionnelle et passionnante

On ne peut pas parler d’écriture web sans se soucier de l’orthographe et de la syntaxe. Et en la matière, difficile de ne pas évoquer les fautes d’orthographe qui constituent le quotidien pour le rédacteur ou la rédactrice web. Et la langue française ne manque pas de pièges, qu’il est parfois difficile voire impossible à éviter. Mais est-ce réellement un problème ?

Les pièges de l’orthographe, un plaisir méconnu de l’écriture

On le dit souvent, le rédacteur web doit savoir être percutant, maitriser les codes du SEO et du référencement. Mais il doit aussi savoir écrire correctement, et de la syntaxe à l’orthographe, autant dire que ce n’est pas le plus aisé. La langue française est en outre un véritable recueil de pièges à éviter. Ainsi, si Eric Rédaction a pris beaucoup de plaisir en 2018 à regarder la finale de la coupe du monde de football, nous avons, comme vous, frissonné à ce final d’une grande quinzaine sportive. La finale et le final, voilà déjà un piège qu’il faut apprendre à déjouer. Masculin ou féminin, tout semble simple puisque le e de la finale semble être une aide précieuse pour ne pas commettre de faute. Sauf que selon l’Académie Française, le final (pour information, ce final était autrefois réservé aux opéras, pour lesquels on attendait le finale italien) supporte les deux graphies, et écrire le finale n’est donc plus une erreur. Avouez, qu’il y a de quoi en perdre son latin.

Une gymnastique intellectuelle pour les rédacteurs web, un entrainement quotidien

 

Vous me direz, que cela ne représente pas un danger, puisque nous acceptons les deux formes, cela ne pose apparemment pas de problème pour les fautes d’orthographe. Sauf que la finale ou le finale se déclinent aussi en adjectif qualificatif, qu’il va alors falloir apprendre à moduler en fonction du nombre. Ecrit-on, au masculin pluriel, finals ou finaux ? Les deux mon capitaine, et les objectifs peuvent être finals ou finaux même si à l’oreille, vous l’avez compris, certains ne pourront se résoudre à écrire l’une ou l’autre des formes. Et encore faut-il ne pas faire d’autres fautes d’orthographe, au risque de blesser vos prospects ou vos clients si vous les qualifiez de finauds en lie et place de finaux. Parfois, la langue française est donc plus facile à parler qu’à écrire, mais c’est aussi cela qui fait le charme de l’écriture après tout.

Et vous, quelles sont les fautes d’orthographe que vous commettez le plus souvent ? des conseils, des astuces à partager ?

Le délice des fautes d’orthographe, un plaisir caché de l’écrivain

 

Le rédacteur web doit, par définition, maitriser les techniques du référencement mais aussi être à l’aise en matière de rédaction. L’orthographe et la syntaxe sont deux amies de l’écrivain SEO, comme elles sont les précieuses compagnes de l’écrivain public ou du journaliste. Pourtant, les coquilles ne sont pas inconnues des spécialistes de l’optimisation SEO des textes. Et il ne s’agit pas toujours de fautes de frappe, ou encore d’erreurs d’inattention. Parfois, les fautes sont si fréquemment commises, qu’elles sont reconnues comme une variante possible. Est-ce au rédacteur que nous sommes de vouloir redresser les torts ? Non, et c’est donc uniquement par plaisir, que nous nous jouons des mots comme nous pouvons vous le proposer pour vos propres textes (une manière subtile de souligner que ce petit billet sert d’appât pour webmaster et/ou e-commerçant en quête d’un rédacteur web expérimenté)

Alors que d’éminents spécialistes se sont penchés sur l’art d’organiser un clavier pour faciliter le travail du rédacteur web indépendant, nous en revenons donc à nos moutons. Depuis des semaines, et même bien plus, nous ne cessons de lire des articles de presse ou des dossiers sur les sites Internet les plus sérieux mettant en exergue l’entreprenariat. L’entreprenariat serait tendance, et les Français commenceraient à succomber à cette passion de l’entreprise. Nous n’allons pas disserter sur ce phénomène mais juste signaler, que l’entreprenariat doit s’écrire entrepreneuriat. Certains veulent voir cette faute d’orthographe comme issue d’une confusion avec le suffixe -ariat, utilisé pour secrétariat, notariat, …. Alors que nous nous bornerons à croire, que l’oral a influencé ici l’écrit. Car si nous écrivons bien entrepreneuriat, nous entendons souvent entreprenariat …Comme quoi, il faut parfois faire preuve d’indulgence à la lecture de certaines fautes …. 🙂 et ce n’est pas un message lancé à nos propres clients, que nous saluons par ailleurs….

 

Et vous, quelle faute d’orthographe commettez-vous le plus souvent ?

Bien écrire, une question d’orthographe, de grammaire, et de … volonté !

 

L’orthographe est un outil pour le rédacteur web comme pour l’écrivain ou le journaliste. Aussi lorsque l’on évoque une réforme de la langue française, les professionnels de l’écrit peuvent, à juste titre, s’inquiéter ou tout du moins s’interroger !

L’orthographe et la grammaire, sens de l’exigence ou facilité du relâchement !

 

Bien écrire pour le web implique également de maitriser l’orthographe et la grammaire, tout en pouvant s’appuyer sur un vocabulaire riche et varié. Il ne s’agit pas de concourir aux dictées de Pivot et autres concours à la gloire d’une langue française en plein abandon, mais de s’exercer à un art, que le rédacteur web freelance doit, comme l’écrivain traditionnel, aimer plus que tout : écrire.  En un mot, bien écrire pour le web ne devrait pas être différent de bien écrire, tout simplement, et pourtant.

On entend ici et là, depuis plusieurs mois si ce n’est plusieurs années, parler de réforme de l’orthographe. La dernière rumeur en date cible plus particulièrement l’accord des participes avec l’auxiliaire avoir. Nous avons, à notre époque, appris cette règle (compliquée à comprendre, il faut bien l’avouer) faisant de la place du COD la base de la règle. Est-ce utile de vouloir supprimer une des caractéristiques de la langue française, au prétexte que les enfants ne l’assimilent plus ou en soulignant, que les fautes d’orthographe commises font de cette règle un piège récurent pour la majorité ?

Rédacteur web, journaliste, écrivain, ….une même passion pour l’écriture sous toutes ses formes ?

 

Ce n’est pas parce qu’un rédacteur web apprend les techniques SEO pour doper ses messages, qu’il perd alors cette passion des belles lettres. Et l’écrivain, rédigeant ses textes sur un clavier d’ordinateur et se faisant assister d’un correcteur orthographique, peut aussi s’enflammer en essayant de déjouer les nombreux pièges de la langue française. Est-ce par pudibonderie, que certains préféreraient parler des vieus ou des tendancieus permettant ainsi d’éliminer ce X, jugé par trop difficile à manier ?

Il ne s’agit pas d’imposer l’idée qu’un professionnel de l’écrit ne commet jamais de fautes ni d’erreurs, mais de souligner à quel point ces efforts pour réduire ces dernières sont intenses et récurrents. Doit-on céder à la volonté du plus grand nombre, ou accepter au contraire le sens de l’exigence et de l’effort comme une vertu ?

La question semble bien futile au regard des problèmes de société, et pourtant, c’est le reflet de notre réaction face à l’effort et au devoir, et le constat se révèle alors bien amère. Eric Rédaction n’est pas opposé en soi à toute réforme de l’orthographe mais refuse d’accepter une révolution silencieuse, celle-là même qui conduirait à préférer l’écriture SMS aux Belles Lettres.

Et vous, êtes-vous fâchés avec l’orthographe ? Que pensez-vous de ces réformes qui s’annoncent ?

 

 

Comment écrire les jours de la semaine ?

 

 

 

Si nous parlons souvent de rédaction Web pour booster ou soigner votre référencement, cette écriture digitale se doit aussi d’être plaisante et correcte. Pour l’aspect plaisant, tout reste subjectif, mais Eric Rédaction peut vous aider à proposer un ton décalé, encyclopédique, humoristique, commercial …. Le choix du style relève de votre stratégie marketing, car il ne s’agit pas de choisir seulement un effet de style mais bien de refléter l’âme et l’esprit de votre site.

Pour être correcte, la rédaction web doit aussi se plier aux règles de l’orthographe et de la grammaire, même si certaines erreurs sont couramment admises et mêmes plébiscitées (vous n’avez jamais croisé ces « vacances pas cher », que l’on vous promet). Là encore, c’est une question de choix de votre part.

Un petit exemple (parmi tant d’autres) avec les jours de la semaine. Contrairement à ce que certains prétendent, les jours de la semaine ne sont rien de plus que des noms communs, et à ce titre ils s’accordent en nombre selon le contexte visé. Mais comme ce sont des noms communs, on parlera de dimanche et non pas de Dimanche.

Je travaille ce lundi soir mais je ne travaille jamais les jeudis.

Mais

Je ne travaille pas les mercredi et vendredi de chaque semaine

(Chaque semaine, il n’y a qu’un vendredi et qu’un mercredi)

 

Il m’apparait enfin essentiel de préciser que ce n’est qu’un exemple. Car si Eric Rédaction ne travaille pas le mardi, mercredi, jeudi, vendredi et bien évidemment le week-end, vous avez bien noté que je suis présent au poste le lundi soir. Alors à vos claviers, un petit message et à lundi pour une réponse de ma part…. 🙂

Quand publier sur la Toile pour être visible ?

La rédaction Web s’impose comme l’outil le plus efficace pour booster votre référencement. C’est une certitude, que je ne cesse de mettre en avant au fil des articles. Mais elle ne suffit pas. Même si vous avez appris comment bien écrire pour le Web (sic !), il vous faut ensuite promouvoir votre rédaction, créer du trafic autour de celle-ci et la publier au bon moment.

De nombreuses études existent pour savoir quel est le moment idéal pour publier ses accroches pour les réseaux sociaux. Le plus souvent, le rédacteur Web, la tête dans le guidon, va être séduit par les infographies (comme celle que je vous livre ici).  Il faut publier sur Facebook tel jour à telle heure mais différer de quelques heures pour Google +.

Je vous laisse découvrir cette infographie, la scruter, la détailler. Et on se retrouve juste en dessous.

Promotion et rédaction sur les réseaux sociaux
Le timing parfait pour vos publications sur les réseaux sociaux ?

 

Publiez vos rédactions Web quand vous le voulez

Maintenant que vous avez pu voir que je ne suis pas l’auteur de cette infographie (félicitations au passage aux auteurs de cette dernière), je vais vous donner un dernier conseil : oubliez là.

Deux raisons majeures expliquent ce conseil, quelque peu original.  Si vous connaissez maintenant les données générales sur l’efficacité des différents réseaux sociaux, vous n’en savez pas plus sur ce qui vous concerne.

Avez-vous déjà lu un ouvrage (sérieux) préconisant à tous les magasins d’ouvrir le dimanche soir entre 22h00 et 01h00 du matin ? Avez-vous connaissance de directives préconisant une ouverture à 6h17 chaque matin ? Bien sûr que non, car chaque cas est particulier.

Votre commerce traditionnel se trouve dans une gare, dans un aéroport, dans une petite ville, dans une zone commerciale, dans une zone touristique internationale,…vous n’avez pas les mêmes besoins d’amplitude horaire que vos concurrents.

Suivez vos envies et essayez, essayez, essayez…

Ce qui est vrai pour le commerce traditionnel serait erroné pour le Web ? A titre d’exemple, vous vendez des films plus qu’érotiques, et vous découvrez, que sur Facebook, il faut publier le mercredi à 15h00 pour bénéficier pleinement des avantages de ce réseau social. Chouette, lancez votre mail et dérangez vos clients, qui s’occupent de leurs enfants. Effet dévastateur pour votre image de marque (l’exemple est limite certes mais traduit bien l’absurdité d’une telle généralisation). Vous anticipez et décidez de publier sur Facebook à 10h00 le même jour, heure à laquelle vos meilleurs clients sont soit au Conseil d’administration, soit au Conseil des Ministres (désolé un peu facile celle-là).

La seconde raison reste moins objective. Je ne cesse de vous affirmer que votre identité, votre originalité finiront toujours par payer. Vos clients, vos lecteurs apprécient votre liberté de ton, votre audace, vos produits, …peu importe ils vous apprécient parce vous êtes comme vous êtes. Tout n’est pas parfait, soit mais cela implique-t-il que vous soyez formatés par le système ? Ne pouvez-vous pas vous autoriser ce qui vous apparait comme étant le plus judicieux ? Les statistiques (voir l’infographie) vous contredisent, alors essayez, testez, lisez, multiplies les formats, les heures de publication, ….

Finalement quand doit-on promouvoir sur les réseaux sociaux ?

Votre visibilité et votre référencement vous préoccupent et la question du timing de ces accroches vous taraude, alors suivez les indications délivrées par ces infographies mais gardez à l’esprit que ces données ne sont qu’indicatives. A vous de vous adapter et d’essayer toutes les hypothèses. Éric Rédaction peut vous aider en la matière, alors n’hésitez pas à me contacter pour que nous puissions évoquer le sujet.

Et vous, vous publiez quand sur les réseaux sociaux ?

Comment optimiser ses publications sur les réseaux sociaux ?

Comme les marronniers de la presse hebdomadaire, des thèmes reviennent régulièrement sur tous les sites des spécialistes du référencement. L’une de ces thématiques concerne la rédaction web de manière indirecte mais s’intéresse surtout aux réseaux sociaux : Quand publier du contenu sur les réseaux sociaux ?

Quand, Comment, Pourquoi, ….un préalable indispensable ?

Tout d’abord, je ne cache pas mon agacement face à ces questionnements récurrents. Les réseaux sociaux étaient à l’origine une source de   spontanéité,   d’échanges….et le désintérêt des Internautes pour certains de ces réseaux résulte probablement du fait de ces interrogations multiples.

On nous expliquait, il y a un an, que Twitter était très porteur le mardi et le jeudi et regardez les statistiques, les tweets ont explosé. Désormais selon une étude du Journal du Net, il faudrait poster ses tweets entre 13h00 et 15h00 du lundi au vendredi. Une règle aussi simple, et je ne doute pas que mon fil Twitter me donne des migraines en milieu d’après-midi. Le petit restaurateur, qui suit ces informations, a donc envoyé son tweet à 14h00 le jeudi (jour le plus fort apparemment), heure à laquelle l’équipe du rugby où il est installé inaugurait son nouveau stade. Les amateurs de sport ne sauront donc jamais qu’il a prévu une soirée foot vendredi prochain…dommage, mais les statistiques sont contre lui.

 

Les réseaux sociaux pour le référencement
Quand publier sur Facebook ?

Contenu et réseaux sociaux, un mariage à consacrer

On en revient toujours au même. Le contenu reste l’élément à privilégier. Ne doutez pas un seul instant de l’importance voire même de la prédominance de vos contenus. Un tweet réellement passionnant envoyé à 11h00 le matin sera retweeté, partagé et dans le lot vous disposerez d’un retweet dans ce créneau horaire. Je ne suis pas certain, qu’il soit plus efficace que les autres.

A l’inverse, inondez vos pages Facebook entre 13h00 et 15h00 sans rien apporter à vos lecteurs, et vous allez vite pester contre ces statistiques qui ne veulent rien dire. Car contrairement à ce que beaucoup peuvent croire, les réseaux sociaux ne sont pas un simple relai d’audience mais constituent désormais à eux-seuls un véritable support de communication.

Confiez à Éric Rédaction vos textes ou vos articles et la promotion sur les principaux réseaux sociaux fera alors partie du package.

Stop je suis contraint d’arrêter ici, car la dernière étude précise que les articles de moins de 400 mots ont le vent en poupe…ouf 398

Les faux avis sur la Toile, une forme de rédaction web

C’était selon moi une évidence et je l’avais déjà dénoncé comme je vous mettais en garde, il y a quelques jours, sur les éventuels dangers de vos écrits.  C’est désormais officiel, les pouvoirs publics, en l’occurrence la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence et de la répression des Fraudes) dénoncent, dans l’avis rendu le 22 juillet 2014, les fraudes à la recommandation.

La rédaction SEO de faux avis
Ecrire pour le web des faux avis, une méthode perdant perdant ?

Ecrire pour le Web, une volonté de tromper ?

 

Vous vous doutez déjà de quoi il s’agit. La DGCCRF souligne l’explosion des faux avis sur les sites étudiés. De 28.8 % en 2012, ce taux de fraude est passé à 44.4 % en 2013.

Ces faux avis peuvent prendre la marque d’un éloge d’une marque ou d’un produit mais peuvent aussi se présenter sous la forme d’une critique en règle d’un site (le faux avis est alors posté par le concurrent).

Ces pratiques existaient déjà avec le commerce traditionnel et elles continueront d’exister dans les années à venir.

Alors que chacun peut constater, jour après jour, que les moteurs de recherche multiplient les règles contraignantes, les sites eux-mêmes multiplient les façons de tricher et de contourner ce cadre.

 

Ecrire des faux avis, une écriture SEO ?

 

On s’en doutait tous et ce n’est qu’une confirmation. La seule conséquence de cette étude va être de mettre les prospects (et donc les clients) dans un état de veille encore plus important (comme si cela était possible).  Attention toutefois, le contrôle ne porte que sur 139 sites et principalement dans le secteur du tourisme.

Pour les médias, la chose est entendu et un avis sur deux ou presque est bidonné. Des grands sites ont été audités, comme Expedia ou Tripadvisor et eux-aussi sont pointés du doigt. On ne dénonce pas (encore !!!) leur volonté de nuire mais la DGCCRF reproche un manque de contrôle. Les avis étant postés par les clients de ces sites prescripteurs….

La confiance s’envole et tout le monde en pâtit. D’autant plus que les pros du marketing devraient connaitre les dangers d’un tel système de fraude, qui peut se révéler totalement improductif.

Je refuse désormais systématiquement toutes les demandes de ce genre (et détrompez-vous, elles sont très nombreuses)  et j’invite tous les rédacteurs à en faire de même, bien que sachant que mon appel est une bouteille à la mer….

Et vous, tenez-vous compte des avis et autres impressions client ?

Ecrire pour le web, avant tout écrire

Ecrire pour le web ou rédiger un article pour une revue ou un journal procède de la même démarche même si il existe des ajustements à apporter. Aujourd’hui, je vous propose non pas un coup de gueule ou un coup de cœur, mais un rappel de quelques évidences. Peut-être suis-je trop formaté par mes souvenirs d’antan avec mes anciens maîtres d’écoles et autres institutrices qui ne cessaient de me rappeler qu’apprendre c’est répéter, répéter, répéter.

Ecrire pour le web, écriture ou programmation ?

Ecrire pour le web
Doit-on privilégier le contenu ou le support ?

Ecrire pour le web demande une bonne dose de connaissances « techniques ». Il faut en effet comprendre pour quelles raisons vous écrivez. On est tenté de croire qu’on écrit pour être lu, mais saviez-vous que l’immense majorité de vos lecteurs n’a pas le courage de finir la lecture de tous vos articles.

Vous êtes persuadés, que vous écrivez pour expliquer à vos prospects que vous disposez du meilleur produit ou du meilleur service. Seulement, il va vous falloir les faire parvenir jusqu’à votre argumentation pour pouvoir recruter de nouveaux clients.

A ce stade, il vous faut donc connaître les techniques pour

  • rechercher les mots clés,
  •  identifier l’univers sémantique,
  • Utiliser les balises Hn
  • Rédiger la balise méta description
  • Identifier les balises image et les remplir correctement
  • ….

Bref on peut croire que la rédaction pour le web est avant tout un acte technique, alors qu’il s’agit aussi et surtout d’écrire.

La Rédaction SEO, une question d’écriture

Ecrire pour le web ne se limite pas (fort heureusement) à ces simples questions techniques. Il vous faut les connaître mais il vous faut aussi écrire. Même en maitrisant sur le bout des doigts les règles de base du référencement, il vous faut aussi rédiger un contenu agréable à lire et donnant envie de…

Pour commencer, vous prendrez soin d’écrire correctement. Il ne s’agit pas d’affirmer que vous pouvez produire des textes exempts de fautes d’orthographe ou grammaticalement parfaits (même des sites spécialisés dans l’orthographe laissent passer coquilles et étourderies) mais vous devez néanmoins rédiger en respectant l’auteur.

A ce stade déjà, vous vous demandez comment inclure les mots clés dans votre texte.  Vous avez en effet identifié que vous devez vous positionner sur « hotel pas cher » et en soi votre expression phare est loin d’être correcte. Réfléchissez et vous trouverez une façon de l’écrire.

Ecrire pour le Web, une réponse apportée aux lecteurs

Ecrire pour le Web
Un peu de curiosité, beaucoup de recherches, un soupçon d’inspiration…

Vous maitrisez donc à ce stade les compétences techniques pour optimiser le référencement de votre blog ou de votre site et vous disposez des qualités requises pour rédiger un texte correct. Vous allez vous lancer dans la rédaction.

Bien sûr que non ! Vous avez déjà sorti votre stylo, alors rangez-le pour le moment. Car il vous faut savoir maintenant de quoi vous allez parler. Un rédacteur Web est avant tout quelqu’un de curieux. Il faut effectuer de longues et d’interminables recherches et avoir une connaissance globale du sujet. Vous croyez pouvoir vous en passer. Détrompez-vous.

La rédaction en consiste pas seulement à décrire un produit ou un service mais bien à aborder toutes les problématiques. Revenons à notre exemple d’ « hotel pas cher » , allez-vous écrire sur 20 lignes ou même 30, que l’hôtel est accessible car il n’est pas cher !!! Certains sites le font de manière récurrente (non, non pas de nom) mais qu’avez-vous apporté aux lecteurs.

Car vous écrivez aussi pour être lu. Votre travail a été bien fait, donc l’Internaute est sur votre page parce qu’il sait déjà que votre « hotel est pas cher ». Rappelez le si vous le souhaitez mais apporter une véritable information aux visiteurs. Le petit restaurant typique à côté de l’établissement propose une soirée Karaoké chaque vendredi soir, alors invitez vos futurs clients à s’époumoner…..

Voilà donc en quoi consiste cette délicate mission d’écrire pour le web. Le rédacteur web doit à la fois maitriser la langue française mais aussi les rudiments du référencement et donc du SEO. Curieux et ouvert d’esprit, le rédacteur web doit aussi pouvoir lister les attentes des futurs lecteurs et donc d’y apporter une réponse. Vous n’avez pas le temps de tout faire vous-même, alors externalisez vos rédactions en nous les confiant.

Et pour vous, quelle est la première qualité d’un bon rédacteur Web ?

L’adjectif verbal, un adjectif inventé pour les fautes….

On continue notre petit tour des pièges de la langue française avec l’évocation aujourd’hui de l’adjectif verbal.  Finissant par ant ou ent, l’adjectif verbal est variable contrairement au participe présent se terminant par ant qui lui demeure invariable. A ce propos, gardez aussi en mémoire que les verbes en guer conservent leur u au participe présent mais le perdent lors de la formation de l’adjectif verbal.

Le mal de tête est proche, alors passons à la partie pratique…

Le verbe émerger se transformera en émergent pour qualifier le pays qui se redresse. (Le pays émergent…) Par contre il sera bon de préciser qu’en « Emergeant de la crise sociale, le syndicat…

On écrira aussi : « Naviguant sur les eaux de l’Océan, le bateau …. Son personnel navigant est …

En le convainquant, il deviendra comme vous, un fanatique convaincant.

Fatiguant son professeur, cet enfant fatigant est usant.

 

Le mal de crâne est-il passé ? Non, alors arrêtons là ces propos provocants. Provoquant mes lecteurs, je ne souhaite pas me les mettre à dos. La différence vous parait-elle plus compréhensible ? Oui, alors à vos claviers et déclamez ces bizarreries  si charmantes de la langue française.

Les abréviations et la correspondance, une simplification bien dangereuse

Eric Redaction, c’est des textes optimisés SEO et des articles de qualité pour la vie et la réussite de votre site ou de votre blog, mais c’est aussi une réponse appropriée à toutes les personnes, qui faute de temps, de moyens, ou d’envie, ne souhaitent pas se lancer dans l’écriture. Cette mission d’écrivain public est passionnante et permet aussi de détecter les principaux pièges de notre si belle langue. Je vous invite désormais, au fil des semaines et de mes rencontres, à réviser un peu.

Aujourd’hui, commençons en douceur avec les abréviations usitées pour désigner vos interlocuteurs.

 

Des abréviations pour la correspondance, des usages à connaître 

Monsieur s’abrège par M. et non pas par Mr (abréviation pour le terme anglais de Mister). On notera MM pour indiquer éventuellement le pluriel et ainsi évoquer ces Messieurs.

Mademoiselle s’abrège par Mlle (Mlles au pluriel).

Madame s’abrège par Mme (Mmes au pluriel).

Même si ces abréviations ne s’utilisent pas, si on veut respecter la tradition de l’écriture,  dans les correspondances, il vaut mieux les connaître pour être sûr de pouvoir écrire correctement.  Ne vous détrompez pas lorsque vous rencontrerez l’abréviation Me, qui n’est pas une erreur mais bien l’abréviation de Maître, alors qu’un Monseigneur apparaîtra sous sa forme épurée de Mgr.

Dans une correspondance, vous commencerez le courrier avec Monsieur ou Madame, alors que ces abréviations pourront être reprises dans le corps du texte pour évoquer un nouveau personnage.