Les abréviations et la correspondance, une simplification bien dangereuse

Eric Redaction, c’est des textes optimisés SEO et des articles de qualité pour la vie et la réussite de votre site ou de votre blog, mais c’est aussi une réponse appropriée à toutes les personnes, qui faute de temps, de moyens, ou d’envie, ne souhaitent pas se lancer dans l’écriture. Cette mission d’écrivain public est passionnante et permet aussi de détecter les principaux pièges de notre si belle langue. Je vous invite désormais, au fil des semaines et de mes rencontres, à réviser un peu.

Aujourd’hui, commençons en douceur avec les abréviations usitées pour désigner vos interlocuteurs.

 

Des abréviations pour la correspondance, des usages à connaître 

Monsieur s’abrège par M. et non pas par Mr (abréviation pour le terme anglais de Mister). On notera MM pour indiquer éventuellement le pluriel et ainsi évoquer ces Messieurs.

Mademoiselle s’abrège par Mlle (Mlles au pluriel).

Madame s’abrège par Mme (Mmes au pluriel).

Même si ces abréviations ne s’utilisent pas, si on veut respecter la tradition de l’écriture,  dans les correspondances, il vaut mieux les connaître pour être sûr de pouvoir écrire correctement.  Ne vous détrompez pas lorsque vous rencontrerez l’abréviation Me, qui n’est pas une erreur mais bien l’abréviation de Maître, alors qu’un Monseigneur apparaîtra sous sa forme épurée de Mgr.

Dans une correspondance, vous commencerez le courrier avec Monsieur ou Madame, alors que ces abréviations pourront être reprises dans le corps du texte pour évoquer un nouveau personnage.

ericredaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Great Content, une plateforme incontournable pour la rédaction Web

lun Sep 23 , 2013
Eric Redaction, c’est des textes optimisés SEO et des articles de qualité pour la vie et la réussite de votre site ou de votre blog, mais c’est aussi une réponse appropriée à toutes les personnes, qui faute de temps, de moyens, ou d’envie, ne souhaitent pas se lancer dans l’écriture. […]