La charge mentale du rédacteur web, on en parle ?

Charge mentale du rédacteur web

La charge mentale d’un rédacteur Web, voilà bien un sujet original. Étrange d’associer charge mentale et rédaction Web me diront certains. Et pourtant. Le constat est implacable, et mérite d’être dressé tant pour celles et ceux, qui se questionnent pour devenir rédacteur Web que pour les clients s’interrogeant sur le quotidien de leur prestataire préféré … 😊

Charge mentale du rédacteur Web,  de quoi parle-t-on ?  

Pendant longtemps, on utilisait cette notion de charge mentale pour désigner l’épuisement mental des femmes, qui pensaient sans cesse aux tâches ménagères et à la gestion de leur foyer. Je reconnais l’importance de cette charge mentale domestique, et j’espère que vous aussi. Alors quel rapport entre cette surtension mentale permanente et l’optimisation de vos textes pour le SEO et le référencement naturel. Je ne vais pas vous expliquer que le rédacteur Web et plus encore la rédactrice Web est également soucieux de ces tâches ménagères et de ce foyer à gérer. En cherchant les mots clés, le rédacteur SEO va penser à sa liste de courses et au repas, qu’il devra préparer au détriment de cet article de blog à finir rapidement….

Non la rédaction web, comme je l’entends et surtout comme je la vis, est elle-même à l’origine d’un autre type de charge mentale. Pour être parfaitement honnête, je dois bien reconnaitre que cela concerne tous les travailleurs indépendants et les free-lances.

 

Quand l’absence ou le manque d’organisation conduit à une surcharge mentale

Par nature, le rédacteur Web indépendant passe une bonne partie de son temps à se documenter, à rechercher les informations nécessaires à la concrétisation de sa stratégie éditoriale. Cette veille documentaire oblige ainsi le rédacteur SEO à garder son esprit en alerte, et parfois la lecture d’un dossier va amener à penser à un autre client, pour qui le sujet pourrait aussi faire l’objet d’un article orienté Inbound Marketing. Pour mieux comprendre, je travaille avec un acteur du domaine paramédical, pour lequel je rédige deux ou trois articles de blog optimisés SEO par semaine, depuis des années.

Aussi, lorsque je découvre lors de cette veille documentaire hebdomadaire, qu’une proposition de loi sera prochainement déposée pour élargir le droit de communication pour les professionnels de santé, une lumière s’allume dans mon esprit. Cette information peut aussi intéresser un autre de mes clients, proposant ses services pour la création de sites Internet et/ou l’impression de documents commerciaux. Pour ne pas perdre de temps, je garde cette info à l’esprit, rapidement rejointe par une autre évidence : le temps, que je consacre à rechercher de nouveaux clients, est-il suffisant pour garantir mon avenir ? Une autre case s’est allumée dans mon esprit.

 

L’écrit reste, les paroles et les pensées, elles, disparaissent !

En passant à la rédaction du texte, que je préparais, me voilà assailli par une double angoisse. Ai-je validé le paiement de ms cotisations URSAFF ? Et mon nouveau client m’a-t-il payé ma dernière facture ? Deux autres lumières viennent de se déclencher, et mon esprit est déjà au bord de la saturation.

Je ne suis qu’un rédacteur Web, alors 5 ou 6 choses à la fois, vous n’y pensez pas… 😊

 

Cette accumulation va perdurer tout au long de la journée, et le soir venu, il me sera impossible de lister toutes ces lumières qui se sont allumées (certaines restent vivaces, d’autres se sont éteintes purement et simplement jusqu’à leur réapparition au détour d’une réflexion ou d’une lecture).

C’est pourquoi, je suis fidèle à une habitude héritée de ma première vie. Je ne me sépare jamais de mon carnet, sur lequel j’annote toutes ces lumières aussi anecdotiques soient-elles. Une manière de ne rien oublier d’une part, mais aussi la garantie de me libérer l’esprit et de travailler plus sereinement et sans contraintes. Et parce que les lumières deviennent de plus en plus nombreuses, j’ai même ajouté un dictaphone pour compléter ce carnet….. Pourquoi ? Je vous l’explique bientôt.

En attendant, dites-moi comment vous faites personnellement pour ne rien oublier ? Un carnet ? un dictaphone ? Un outil numérique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.