La rédaction SEO est morte, vive Google !

 

Concernant la rédaction SEO, voilà un titre qui accroche et qui interpelle. Voilà de quoi attirer quelques lecteurs, qui vont trouver ici pourquoi la rédaction web de qualité n’est pas suffisante. Google va-t-il prendre le pas sur le contenu ?

Pourquoi écrire un contenu SEO sur vos sites ou vos blogs ?

La question vous fait sourire et pourtant. Nous sommes tous ambitieux de faire venir de nouveaux lecteurs sur notre site, mais aussi de fidéliser le lectorat existant. Nous voulons donc que les Internautes cliquent sur notre lien lorsque ce dernier s’affiche dans les SERP de Google. Pour cela, vous avez pris soin de soigner la rédaction de votre balise méta description, vous avez passé du temps à rédiger un titre qui accroche, … Et pourtant.

Vous avez peut-être fait appel à un rédacteur web indépendant, et si ce n’est pas déjà fait, il vous suffit de combler cette lacune en me contactant (si vous êtes arrivés sur cette page, je dois en profiter pour vous attirer et pouvoir entamer le processus de négociation… :))

Dans tous les cas, vous avez passé beaucoup de temps et d’énergie pour que vos pages apparaissent dans les moteurs de recherche. C’est donc votre objectif, quand vous vous lancez dans le référencement naturel ou SEO.

Référencement naturel ou SEA, quelle voie choisir ? Aucune

 

Je ne vais pas répondre à cette question en quelques clics, mais comme souvent, la réponse doit être nuancée. Même si vous vous efforcez de soigner votre référencement naturel, vous devrez aussi initier des campagnes sur Google Adwords et ainsi profiter des retombées immédiates du SEA. Nous sommes toujours dans la même recherche : faire que les Internautes cliquent sur votre lien. Mais une récente étude souligne à quel point ce choix devient de plus en plus futile et surtout inutile.

Vous l’avez constaté, Google cherche à améliorer l’expérience utilisateur (comme vous le faites sur votre propre site). Les non-initiés se perdent dans ces tendances UX et UI Design. Aujourd’hui, lorsqu’un internaute effectue une recherche, il a trois possibilités :

  1. Il trouve les informations dont il a besoin directement sur la page de recherche
  2. Il clique sur un lien issu du référencement naturel
  3. Il préfère se laisser séduire par un site, ayant initié une stratégie de référencement payant.

 

La tendance Zéro clic, un danger pour la rédaction web et la création de contenu ?

 

Aujourd’hui, plus d’un internaute sur deux ne clique plus sur un lien. 50.33 % des Internautes trouvent ce dont ils ont besoin sur la page d’accueil de Google. On notera aussi que 45.25 % des internautes cliqueront sur un lien organique (référencement naturel) et seulement 4.42 % sur un lien sponsorisé. Avouez que ces résultats, dont vous pouvez trouver les résultats détaillés sur le site du Blog du modérateur, remettent en question la pertinence d’investir dans un contenu de qualité. Mais je suis certain que nous y reviendrons. Dans tous les cas, il faut accepter l’idée, que quelle que soit la qualité de votre contenu, vous ne vous adressez plus qu’à 4 internautes sur 10. Une des questions à se poser : jusqu’ou ce phénomène va aller ?

Avez-vous conscience de ce phénomène ? D’après vous jusqu’ou cela va-t-il aller ?

Le réseau social Google + va fermer ses portes, un cauchemar ou une évidence ?

 

Google la déjà officialisé mais son réseau social est appelé à disparaitre. Google + fermera définitivement à l’été 2019, et la fermeture d’un réseau social pose bien des questions, dépassant le seul cas du célèbre moteur de recherche.

 

Quand Google abandonne son réseau social, une évidence pour beaucoup, une déception pour certains !

En tant que rédacteur web indépendant, nous utilisions et continuons à publier sur Google + même si nous n’avons pas été surpris d’apprendre, le 08 octobre dernier, que Google + allait fermer ses portes. Le réseau social, créé en 2011 par le géant de Mountain View, n’a jamais réussi à séduire le grand public. Pourtant au départ, l’idée était séduisante, puisque ce réseau social devait permettre de diffuser photos, articles et autres données à certains de ses cercles (amis, famille, collègues, …) sans déranger les autres. Mais Google + n’a pas réussi à se démarquer de ses concurrents et en particulier de Facebook. Le résultat est sans appel. Seul le moteur de recherche connait le nombre exact de comptes Google + mais un grand nombre de ceux-ci sont inactifs (et dans certains cas, les possesseurs de ces comptes ne sont même pas informés). Google a communiqué sur ce succès mitigé de son réseau social en précisant que 90 % des connexions duraient moins de … 5 secondes.

Pourquoi et comment un réseau social peut disparaitre ?

 

Les arguments avancés par Google pour expliquer cette décision sont purement une question de posture. On parle d’une faille de sécurité, détectée et réparée depuis, qui aurait permis le « vol » de données (non sensibles). On évoque aussi les risques en matière de confidentialité des données utilisateur et donc de sécurité, mis en avant dans le cadre d’un vaste projet interne Project Strobe. Bien évidemment, ces éléments ont pu jouer un rôle dans cette prise de décision, mais ils ne sont que la « goutte d’eau », qui a condamné Google +. Certes, des professionnels étaient très actifs sur Google + mais la réalité au quotidien joue bien en défaveur du géant de Mountain View. Google + fermera en Aout 2019 parce qu’il n’a pas réussi à s’imposer comme un réseau de premier ordre, c’est aussi simple que cela.

La disparition du réseau social de Google
La disparition du réseau social de Google

Que faire après la disparition de Google + ?

Les rédacteurs web ont pris l’habitude de travailler avec tous les réseaux sociaux, chacun ayant des bénéfices et des spécificités qui peuvent intéresser un ou l’autre de leurs clients. La rédaction de post Google + reste en théorie possible jusqu’en aout 2019, même si Google a déjà annoncé qu’il allait accompagner les utilisateurs à récupérer leurs données et à trouver des solutions de remplacement. En attendant, le rédacteur web, qui s’occupe du Community management d’une entreprise, doit-il poursuivre à poster sur Google + en sachant que la durée de ces publications sera courte. Tout dépendra de l’audience touchée grâce à ce support. Dans la majeure partie des cas, nous pouvons supposer que les efforts devront se concentrer sur de nouveaux réseaux sociaux (Twitter, Facebook, …) même si dans certaines situations rares, nous pourrons continuer à utiliser ce réseau social jusqu’au dernier jour.

 

Et vous, utilisiez-vous Google + ? Qu’allez-vous faire jusqu’en aout 2019 ? Et comment jugez-vous cet abandon de Google ?

Comment utiliser Google + et autres réseaux sociaux ?

On a vu, vendredi dernier, que les réseaux sociaux étaient essentiels pour bien mettre en avant votre contenu.  Mais on a vu qu’une vitrine éteinte ou mal placée est inutile voire même improductive pour une boutique physique et il en est de même pour les réseaux sociaux vis-à-vis des sites Internet. Mais comment bien se servir des réseaux sociaux ?

Connaitre pour comprendre et utiliser au mieux

Je ne prétends nullement ici m’affirmer comme spécialiste du référencement et je vous invite à consulter les sites de ces spécialistes pour trouver les détails dont je vais vous parler.

Pour commencer, les réseaux sociaux ne sont pas tous les mêmes et nous ne pensons ici qu’aux usagers. On présente souvent Facebook comme le réseau des jeunes, Twitter attirerait plus les Geeks,…. La sociologie de ces réseaux est à connaître, car les utilisateurs de ces derniers constituent bien votre cible. Il faut donc s’adresser à des prospects intéressés ou susceptibles de l’être (Pour schématiser, vous n’allez pas essayer de vendre une maison à un jeune, qui est en CDD…).

Je ne m’étendrai pas sur le contenu vous renvoyant à ce que je vous ai déjà décrit. Un contenu de qualité proposant des vidéos, des images, des infographies,…, en fonction du réseau social concerné. Un seul exemple pour bien comprendre. Twitter vous impose une ultra concision…en quelques signes vous devez convaincre. Mais vous pouvez vous étendre plus longuement sur Google + par exemple.

Enfin, il est nécessaire aussi de connaître les habitudes de « consommation » de ces réseaux sociaux. Il suffit de savoir qu’un tweet ou qu’un post n’est viable que pendant un laps de temps défini. Si vos prospects n’en prennent pas connaissance, ils ne chercheront pas de leur propre initiative le message que vous avez envoyé quelques heures plus tôt. Aussi, intéressez-vous aux heures et aux jours à privilégier pour toucher le plus grand nombre des expéditeurs visés. Et ces créneaux ne sont pas les même d’un réseau à l’autre.

Une organisation rigoureuse pour gérer sa communication

Vous connaissez donc (une fois que vous aurez effectué vos recherches) :

  • La forme à privilégier pour chaque réseau social
  • La sociologie des utilisateurs
  • Les créneaux horaires à privilégier

Il vous faut donc maintenant vous baser sur ces connaissances. Lorsque vous rédigez un article ou que vous créez une page pour votre boutique, vous avez passé des heures à effectuer des recherches sur la thématique mais aussi des heures pour trouver les mots clés et le champ sémantique. Même si vous ne mettez en ligne ce nouveau support que dans 2 ou 3 semaines, prenez le temps d’écrire à l’avance vos posts. Vous êtes encore chaud, alors pensez aux formules percutantes et rédigez vos tweets, messages Facebook, page Google +, envois Viadéo….

Bien évidemment, vous tiendrez compte des informations recueillies sur la typologie des utilisateurs de chacun de ces réseaux.

Il faut ensuite programmer la date et l’heure de l’envoi de ces posts. Vous connaissez maintenant les créneaux à privilégier. Mais inutile de poster tous vos messages le même jour à la même heure. Bien évidemment,  Vous publiez un article de blog le lundi à 8h00, les lecteurs vont le découvrir s’ils sont abonnés à votre blog. Le lendemain, un tweet à 14H00 permettra de rappeler que cet article de blog a été posté avec la formule que vous aviez rédigée. Le mercredi, un post sur Google + étendra encore votre portée alors que vous réserverez le même sort à Facebook pour le jeudi. Mais depuis mercredi, votre deuxième article de la semaine a été publié et vous avez suivi le même cheminement. Au final, vous générez de l’attractivité en permanence et quotidiennement.

Voilà selon moi, ce que vous pouvez commencer dès aujourd’hui pour rendre vos travaux plus visibles et booster votre visibilité. Et vous, comment faites-vous pour promouvoir un article sur Facebook ou Twitter ?

Comment s’appuyer sur les vitrines que sont les réseaux sociaux ?

Cela fait déjà plusieurs mois, que je vous explique, jour après jour, comment je conçois la rédaction pour le web et je vous remercie pour me suivre de manière aussi assidue. Aujourd’hui, je reviens sur un thème, souvent évoqué sur les sites des spécialistes en référencement : les réseaux sociaux. Ecrire pour Facebook ou pour G+ ne constitue pas un problème majeur pour un rédacteur qui connait les règles SEO et les astuces pour optimiser son référencement. Non je veux revenir sur la planification et la réflexion, qui restent trop souvent lettres mortes lorsqu’il s’agit de booster sa rédaction. Je m’explique.

Les réseaux sociaux, une vitrine donc une présentation à soigner

Eclairer ses textes pour une meilleure attractivité
Bien éclairée, bien décorée, bien achalandée, la vitrine SEO parfaite…

Vous avez passé des heures à écrire une rubrique de votre site e-commerce ou un article captivant sur votre blog. Vous avez consacré une énergie importante et un temps précieux, mais vous en êtes persuadé, vous allez réussir à attirer de nouveaux clients. Vous avez optimisé votre texte et avez placé vos mots clé. Bref, vous savez que vous avez réussi cette étape. Votre article est en ligne et même si votre référencement est déjà excellent, vous savez que pour créer le buzz et attirer encore plus de monde, vous devez communiquer sur les réseaux sociaux.

Google +, Facebook, Viadeo, Linkedin, Twitter, ….ils sont nombreux ces sites, où vous ambitionnez de relayer la bonne parole. D’accord mais prenez votre temps. On pourrait comparer ces réseaux sociaux à des vitrines.

Le produit (votre article, votre page) est superbe. Les couleurs et le style sont originaux (donc la rédaction est optimisée…peut-être avez-vous fait appel à Eric Redaction. Non alors corrigez vite cette erreur). La vitrine (l’un des réseaux sociaux que vous avez sélectionné) est idéalement située et elle vous assure de toucher un grand nombre de prospects et donc de futurs clients. Et comme vous êtes un excellent commerçant, vous avez multiplié votre sélection de vitrines. Vous avez donc un superbe produit à vendre en profitant de la vitrine de Facebook, Twitter,…..

Comment attirer l’œil et donc le prospect ?

Ecrire pour le web
Dopez votre communication en utilisant bien les réseaux sociaux…

Vous êtes excités et comme vous êtes impatients, vous décidez d’envoyer immédiatement un message à toutes les vitrines pour qu’elles mettent en valeur votre produit….Comme vous êtes convaincus de la pertinence de votre texte, vous envoyez un banal « Consultez vite cela, ça va bouleverser votre vie » « Vite découvrez la nouvelle collection de … »…

En quelques minutes, vous avez ruiné tous vos efforts. Certains sourient en lisant ces quelques lignes (oui, oui je vois tout. J’avais le choix entre la voyance et la rédaction. Heureusement pour vous que j’ai choisi la rédaction pour le web) et pourtant nous l’avons tous fait.

Les réseaux sociaux sont des vitrines. Les prospects passent devant à certaines heures et privilégient même certains jours. Quand vous faites du shopping, vous ne pouvez pas être à la fois devant la boutique X et la boutique Y. Sur Internet, c’est la même chose. Pourquoi vouloir absolument promouvoir votre article le même jour sur toutes les vitrines ? Vous vous refusez de contacter le client, qui est parti se reposer aujourd’hui, et qui ne reviendra que demain. Car la durée de vie d’un tweet ou d’un post reste très limitée. Vous croyez sincèrement, que l’Internaute va passer une heure en revenant pour voir si vous n’avez pas envoyé un super produit. Bien sûr que non.

Pour reprendre la comparaison avec la vitrine, vous décidez en procédant de la sorte d’exposer vos produits dans des vitrines mal (ou même pas du tout) éclairées. Votre produit est toujours aussi magnifique mais personne ne le voit. Donc forcément, la déception va être grande et le découragement encore plus….

S’appuyer sur les réseaux sociaux reste cependant possible et chacun peut adopter une stratégie à son image. On en parle lundi sur le blog d’Eric Redaction.

En attendant, soyez honnêtes et dites-nous si vous aussi vous avez déjà envoyé un message du genre « Lisez ceci… » ou toute autre banalité ?

 

Google veut aider les e-commerçants…vraiment !!!

Avec ou sans Google, le e-commerce connait une progression constante depuis des années, et le seul frein pouvant encore être évoqué reste la confiance des consommateurs. Ces derniers restent en effet réservés quant à la confiance qu’ils peuvent placer dans ces e-marchands qui ne cessent de se multiplier.

 

Google, encore lui, veut rassurer le consommateur

 

Comme il l’a déjà fait aux Etats Unis, Google entend proposer un programme de certification pour les marchands virtuels. 5 grands acteurs majeurs du commerce sont donc en période de test actuellement. Désignés comme « Marchands de confiance », ces sites sont donc sélectionnés par Google qui entend ainsi rassurer le consommateur.

 

Un partenariat gagnant – gagnant ?

 

Un bandeau expliquera précisément la qualité du site marchand concerné et il suffira au consommateur de passer sa souris sur ce bandeau. De son côté, le marchand pourra espérer, comme ce fut le cas aux Etats Unis, voir son chiffre d’affaires croître.

Même si les plus gros sites refuseront de partager les données avec Google, s’excluant ainsi d’eux-mêmes de ce nouveau label, il reste encore à voir la perception par le public français d’un label souvent galvaudé par le passé.

Des critères à définir par…Google

Tout reste encore à parfaire et à définir ? Cependant, Google imposera le respect des bonnes pratiques (définies par lui) pour l’attribution de ce label en plus d’un échange de données profitables à … (je vous laisse deviner).

Une belle occasion pour rappeler, que label ou pas, les textes optimisés mais aussi qualitatifs font partie de la réussite d’un site e-commerce. Ne l’oubliez pas et contactez-nous pour envisager ensemble comment vous aider à améliorer votre visibilité.

Pourquoi le SEO vise encore la 1ère place de Google ?

On parle sans cesse de SEO et de référencement, que ce soit au moment de la création du site que lors de la rédaction du contenu de ce dernier.  Tout ça pour devenir plus visible sur la Toile, quoi que….

La rédaction Web et Google
Google recherche des auteurs de contenu

Etre en première page de Google…pourquoi ?

Le contenu est roi affirme Google depuis des années, alors que les e-commerçants et autres webmasters affirment placer leur dévotion dans le trafic de leur « bébé ». Normal me direz-vous d’autant plus que les deux sont intimement liés.

Vous disposez de moyens conséquents, alors outre le référencement naturel, vous vous allégerez de quelques milliers d’euros pour vous positionner sur les mots clés tant recherchés en lançant des campagnes adwords par exemple.

Vous préférez économiser votre petit pécule et espérez à force de ténacité parvenir au saint Graal de cette première place. Là encore, il vous faut aussi des revenus. Car même si vous faites appel à un spécialiste de la rédaction S.E.O comme Eric Redaction, ce résultat ne s’obtiendra pas en quelques jours mais nécessitera de longues semaines voire de longs mois et vos efforts devront néanmoins être poursuivis pour conserver ce leadership.

Le référencement, la clé du succès

Pourquoi me direz-vous cette recherche ? Tout simplement parce que sur Internet comme dans la vraie vie, nous sommes devenus paresseux, et nous apprécions que tout nous soit « mâché ». Qui de vous va au-delà de la première page lorsqu’il effectue  une recherche sur Google ? Qui va même jusqu’en bas de la première page ? …Vous, vous êtes un des seuls alors, car voici un petit récapitulatif des clics en fonction de la position sur la 1ère page de Google :

Position sur 1ère page   GOOGLE

Taux de clic

1

36.43 %

2

32.53 %

3

20.56 %

4

15.14 %

5

10.08 %

6

8.86 %

7

6.28 %

8

6.41 %

9

6.57 %

10

6.25 %

On comprend donc à la lecture de ce tableau l’importance que l’on peut donner à cette première place. Avouez que ma promesse recevoir la visite de plus d’un visiteur sur 3 de ceux qui vous recherchent est alléchante, sauf que la donne est en train de changer.  Google ne se contente plus de proposer les sites correspondant à la requête des Internautes, il essaie de plus en plus de donner une réponse en haut de sa page n° 1. Google Shopping, Wikipédia,….vous voyez de quoi je parle….Donc même avec tous vos efforts, vous êtes donc presque assurés de ne plus être en première place, mais relayé en dessous de ces réponses directes sélectionnées par Google.

Ce changement va s’accélérer dans les prochains mois, et s’impose avec encore plus de force sur tous les équipements mobile….Pour autant, le contenu et le SEO ne sont pas morts, il existe encore des outils pour doper votre attractivité…Lesquels, un peu de patience, je vous promets de revenir…

Franchement, vous, vous lisez combien de pages Google lorsque vous faites une recherche ? Honnêtement…

Recherche sur Internet, Réseaux sociaux ou Moteurs de recherches ?

Qu’est-ce que la recherche sur Internet ? Le rédacteur web doit aussi savoir comment se comportent les Internautes, qui, par définition, sont appelés à devenir ses lecteurs. La recherche sur Internet doit donc être un sujet, que la rédaction web ne doit surtout pas ignorer. C’est en connaissant parfaitement les attentes et les désirs des Internautes, que le rédacteur web va pouvoir s’adapter et proposer des écrits attrayants et séduisants. N’hésitez pas à contacter Eric Rédaction pour savoir comment cette connaissance peut vous aider à booster votre réussite sur la Toile.

Recherche sur Internet, les devoirs du rédacteur web à connaître

 

Je vous invite à découvrir l’article consacré aux méthodes de recherches sur Internet. Si 54 % des sondés avouaient utiliser en 2012 les moteurs de recherche pour atteindre ce qu’ils recherchaient, ils étaient aussi 32 % à privilégier l’utilisation des réseaux sociaux. L’évolution de ce mode de recherche reste forte et continue (25 % en 2011), vous amenant donc, si vous cherchez à vous faire connaître, à ne pas négliger cette voie. Pas étonnant alors que Google cherche à imposer son réseau G+ comme le leader en la matière d’ici quelques années….

Et vous, plutôt Facebook ou Google ?