La semaine de l’écriture : la plume plutôt que le SEO ?

La semaine de l'écriture

Sans bruit ni déchainement médiatique, la semaine de l’écriture se termine dans quelques jours. Une mise en lumière de l’écriture manuscrite, qui fascine votre rédacteur Web de Lyon depuis bien des années.

La semaine de l’écriture, une invitation à s’éloigner du SEO ?

N’y voyez aucune malice, mais juste peut-être un brin d’ironie ou de provocation ! Comme les rédacteurs Web, les experts du référencement naturel, les Webdesigners et tous les autres freelances du Web, vous pensez exceller pour tout ce qui touche l’écriture SEO. Mais êtes-vous certain de maitriser l’écriture tout court. L’écriture manuscrite qu’il convient de ne pas confondre avec la rédaction Web… Et saviez-vous que depuis ce lundi 3 octobre, nous célébrons la Semaine de l’écriture. Créée en 2016 et soutenue par le ministère de la culture, cette semaine de l’écriture constitue une invitation à se réapproprier nos stylos à plume, que nous avons abandonnés depuis bien trop longtemps. Je vous laisse découvrir l’historique, le sens et la portée de cette manifestation, que je soutiens inconditionnellement, directement sur le site officiel (On n’est jamais mieux servi que par soi-même dit la sagesse populaire, alors soit … 😊)

Pourquoi l’écriture manuscrite peut intéresser un rédacteur Web ?

Bien avant de me former à la recherche des mots-clés, à comprendre le sens de la longue traîne, à comprendre l’importance du maillage interne et des Backlinks, à différencier les multiples stratégies de contenu (Inbound Marketing, Brand Content, Copywriting, …), j’étais déjà passionné d’écriture manuscrite. Les lecteurs et lectrices de ce blog, qui fait généralement la part belle à la rédaction Web, connaissent déjà cette passion ancienne. Souvenez-vous quand je partais à la rencontre d’Anne, rééducatrice en écriture ! C’était déjà du geste que je parlais plus que du fond. On retrouve aujourd’hui encore, lorsque l’on pense aux algorithmes et aux moteurs de recherche, cette distinction originelle opposant le fond et la forme. Mais là, avec une plume l’enjeu est tout autre selon moi. Donc assurément non, l’écriture manuscrite ne concerne pas directement chaque rédactrice Web indépendante, chaque rédacteur Web freelance. En revanche, elle me passionne et me nourrit depuis bien des années.

Écrire pour le Web a-t-il supplanté l’écriture manuscrite ? 

Même si le constat m’attriste et me désole, la réponse est affirmative. Lisez la presse et les nombreux articles publiés cette semaine (semaine de l’écriture oblige) sur le sujet. Des études (pas suffisantes, je vous l’accorde) soulignent pourtant les bénéfices du geste d’écriture sur la mémorisation des jeunes enfants. Nous-mêmes adultes, nous nous laissons entraîner par la facilité des traitements de texte, par la rapidité promise par le clavier, l’aide du correcteur orthographique, … Ce n’est pas la rédaction Web, qui met à mort l’écriture manuscrite, mais bien l’évolution des habitudes et de la société, à laquelle les rédactrices et rédacteurs Web ne font que répondre. Écrire au stylo à plume sera-t-il bientôt exposé dans les musées ? Optimiste par nature (et aujourd’hui, cela devient extrêmement difficile de garder cet élan positif), je vous quand même des signes d’espoir. En 2013, une quinzaine d’États américains a supprimé l’enseignement de l’écriture manuscrite au profit de l’apprentissage du clavier. Quelques années plus tard, cette suppression était levée … Alors, un espoir existe toujours et il faut s’y raccrocher.

Et vous, écrivez-vous à la main de manière régulière ? Pourquoi ? Quelles sont les principales différences selon vous entre cette rédaction SEO et cette écriture manuscrite ?

Comment bien écrire ? Pour le Web ou pour le Print ?

Comment bien écrire ?

Écriture cursive, cahier d’écriture sans faute d’orthographe, maitrise de l’orthographe française ou utilisation experte d’un correcteur d’orthographe, … le Français écrit soulève de nombreuses problématiques. Bien écrire peut-il se résumer à éviter les fautes d’orthographe, ou à traquer les fautes grammaticales ? Doit-on apprendre à écrire les lettres ou apprendre l’orthographe ? A chacun sa réponse, et Éric Rédaction vous présente ma manière de voir les choses.

Comment écrire ? Une interrogation pour tous les rédacteurs

 

L’apprentissage de l’écriture comme l’apprentissage de la lecture s’effectue généralement à l’école maternelle et élémentaire.  En tant que rédacteur Web, je n’entends pas vous parler de l’apprentissage des lettres ou encore des règles de grammaire. En tant qu’écrivain public, je ne vais pas vous ennuyer en vous faisant écrire sous la dictée pour apprendre à faire un sans-faute et respecter l’orthographe ou à bien comprendre comment écrire une lettre de motivation. En tant que journaliste Web, je ne vous importunerai pas avec les compétences orthographiques ou encore avec les règles typographiques. En tant que biographe personnel, je ne vous noierai pas sous les conseils pour améliorer l’écriture en rêvant d’une écriture fluide. Apprendre à tenir son crayon n’est-il pas similaire pourtant au bon usage du clavier ? Vérifier l’orthographe n’est-il pas essentiel pour écrire des lettres ou pour écrire un livre ? Écrire manuellement (l’écriture manuscrite nous renvoie aux gestes de l’écriture bien au-delà des problèmes d’orthographe) ne diffère pas, dans les grandes finalités, de vouloir apprendre à bien écrire pour le Web.

Fautes de langage, fautes d’orthographe, Fautes d’accord, … comment écrire correctement ?

Oublions l’enseignement de l’écriture comme nous le concevons à l’école. Ne parlons pas plus des cours d’orthographe, qui ont traumatisé certains enfants, ou encore des dictionnaires ou même du Bescherelle pour vérifier la grammaire et la syntaxe. Concentrons-nous sur l’essentiel : qu’est-ce que signifie « savoir bien écrire » ?

Stylo, plume ou clavier, ... qu'est ce "bien écrire" ?
Stylo, plume ou clavier, … qu’est ce « bien écrire » ?

Et là, il nous faut distinguer l’écriture manuelle de celle résultant d’un de nos compagnons du quotidien : le clavier. Les gauchers comme les droitiers le savent bien : une belle écriture (manuelle) repose en bonne partie sur le tracé des lettres (le sens du tracé s’enseigne à l’école bien sûr mais résulte aussi d’une pratique régulière). Savoir former les lettres en majuscules comme en minuscules n’a aucun lien avec la capacité à écrire sans faire de fautes ni même avec la maitrise parfaite des règles de ponctuation, de grammaire ou de celles permettant de choisir entre l’accent aigu et l’accent grave ou encore le circonflexe. Le geste graphique disparait avec le clavier, et le traitement de texte remplace ainsi les cahiers d’écriture. Rédaction Web, écriture scolaire, écriture d’un livre, calligraphie, … tous ces modèles d’écriture reposent sur des compétences et des critères spécifiques. L’orthographe irréprochable peut faire partie de ces derniers, tout comme la présentation peut prendre le dessus. On ne demande pas à un texte d’être sans fautes et encore moins d’être le reflet de l’Académie Française. En revanche, on peut attendre d’une belle écriture, que le texte ne soit pas bourré de fautes d’orthographe (Ce problème d’orthographe dépasse selon-moi le nombre de fautes de français, mais englobe la faute de syntaxe, la conjugaison et l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir (ah le traumatisme du COD et du COI), la ponctuation, ….).

 

Écriture : apprendre à rédiger, une exigence ou un besoin ?

Si on écarte les efforts pour apprendre à écrire et la graphie, le rédacteur « numérique » peut donc se concentrer sur sa capacité à écrire sans faute. Le geste d’écriture n’existant plus, le rédacteur ou la rédactrice peuvent se concentrer sur les difficultés de la Langue Française. (Les « grognons » insisteront aussi sur le choix des polices et le respect des règles de typographie).

 Pour certains, repérer les fautes ou trouver des fautes sera une habitude innée pour lutter contre cette « mauvaise écriture ». Erreurs de grammaire ou erreurs d’orthographe, cela permettra d’apprendre à se corriger, en apprenant ou réapprenant de nouvelles règles ou de nouvelles exceptions. Pour d’autres, le niveau orthographe les empêchera de prendre la plume (ou le clavier) mais pourra les conduire à faire appel à Eric Rédaction, écrivain public et biographe personnel.

    En recherche des prestations d'un écrivain public ?

    Pour d’autres encore, le correcteur orthographique sera suffisant pour éviter de faire des fautes, quand certains préféreront s’engager dans une nouvelle forme de formation pour apprendre l’écriture comme avec le projet Voltaire (Ce projet Voltaire ambitionne de permettre à chacun d’améliorer son orthographe).

    Toujours est-il que vouloir apprendre à écrire un texte bien orthographié représente une exigence individuelle mais aussi une marque de respect pour son ou ses lecteurs. Et c’est en cela que chacune et chacun peut avoir sa propre définition du « savoir bien écrire ».

     

    Et vous, plutôt écriture manuscrite ou recours au clavier et aux multiples correcteurs orthographiques ? Pour vous, l’orthographe, la conjugaison, la grammaire, …, sont-elles essentielles à cette capacité à bien écrire ?

    Les fautes de pluriel, des fautes à part entière ou des coquilles pardonnées ?

    Les fautes de pluriel, des fautes d'orthographe ou d'inattention ?

    Titre provocateur, je vous l’accorde mais je ne pouvais pas résister. Lorsque vous faites une faute d’orthographe en tant que rédacteur web, vous vous engagez à redoubler de vigilance à l’avenir. Mais lorsque cette faute porte sur un problème d’accord singulier/pluriel, la coquille, la faute d’inattention est souvent évoquée. Et pourtant, une faute reste une faute, non ?

    Pluriel ou singulier, une hantise au naturel pour éviter la faute d’orthographe 

     

    La règle est si simple en apparence, que nous croyons tous la maitriser. Distinguer le pluriel du singulier relève de l’évidence, alors il suffit d’appliquer les règles orthographiques qui en découlent. Inutile d’être un professionnel de l’écrit, pour comprendre qu’un professionnel du Web prendra un s dès lors qu’il est rejoint par un (ou plusieurs) collègue(s). Jusque-là, tous les lecteurs suivent. En revanche, si je vous demande de m’orthographier : Je ne fais pas de faute. Un (s) ou pas ? Dans l’absolu, bien évidemment qu’il faut considérer le terme comme étant au pluriel. Le collégien espère ainsi ne pas commettre 2, 3 , 5, 10 ou même plus (… 😊) de fautes dans sa dictée. On peut néanmoins le laisser au singulier, en rétorquant qu’il peut s’agir d’une affirmation. Le même collégien est sûr de lui et nous annonce donc son 20/20. Soit, mais il aurait alors été plus judicieux et compréhensible d’écrire : Je n’ai pas fait une faute à ma dictée.

    Trouver le singulier ou le pluriel, un jeu addictif pour le rédacteur indépendant

     

    J’avoue que jouer avec le pluriel des mots représente pour moi un véritable jeu, et que si je n’ai jamais succombé à Candy Crush Saga, je me laisser entrainer à chaque fois qu’il faut jouer à bien orthographier un mot ou une expression…A chacun ses addictions !

    Je vois certains lecteurs derrière leur écran se dire « J’ai compris, quand il y a « de » on met au pluriel » Certainement pas, je ne vous ai jamais expliqué cela. « Je ne porte jamais de sweat-shirt » car même si j’en portais, un seul me suffirait. Quand je vous dis, que pluriel/singulier, c’est une question de logique.

    Je ne vais pas lister tous les problèmes, que vous pouvez rencontrer lors de l’écriture d’un texte, mais avant de vous laisser retourner à Candy Crush ou de vous initier au jeu de la langue française, un petit point sur les locutions et expressions. Certaines appellent naturellement le pluriel.

    Autant de pose ainsi un problème pour un grand nombre de rédacteurs et d’écrivains. Par définition, il introduit une quantité toujours supérieure à 1. Cela implique donc l’utilisation du pluriel. On peut s’étonner devant autant de prestations proposées par votre rédacteur web indépendant. En revanche, l’écriture ne serait pas aussi plaisante si on n’avait pas ces exceptions, qui nous poussent à réfléchir en permanence à la façon d’écrire. Le singulier peut alors être de mise avec autant de. L’e-commerçant peine à accroitre ses ventes puisqu’il a autant de mal à définir ses cibles. (et non pas autant de maux).

    Les fautes d’orthographe et l’écriture, une relation passionnelle et passionnante

    La lutte contre les fautes d'ortographe
    On ne peut pas parler d’écriture web sans se soucier de l’orthographe et de la syntaxe. Et en la matière, difficile de ne pas évoquer les fautes d’orthographe qui constituent le quotidien pour le rédacteur ou la rédactrice web. Et la langue française ne manque pas de pièges, qu’il est parfois difficile voire impossible à éviter. Mais est-ce réellement un problème ?

    Les pièges de l’orthographe, un plaisir méconnu de l’écriture

    On le dit souvent, le rédacteur web doit savoir être percutant, maitriser les codes du SEO et du référencement. Mais il doit aussi savoir écrire correctement, et de la syntaxe à l’orthographe, autant dire que ce n’est pas le plus aisé. La langue française est en outre un véritable recueil de pièges à éviter. Ainsi, si Eric Rédaction a pris beaucoup de plaisir en 2018 à regarder la finale de la coupe du monde de football, nous avons, comme vous, frissonné à ce final d’une grande quinzaine sportive. La finale et le final, voilà déjà un piège qu’il faut apprendre à déjouer. Masculin ou féminin, tout semble simple puisque le e de la finale semble être une aide précieuse pour ne pas commettre de faute. Sauf que selon l’Académie Française, le final (pour information, ce final était autrefois réservé aux opéras, pour lesquels on attendait le finale italien) supporte les deux graphies, et écrire le finale n’est donc plus une erreur. Avouez, qu’il y a de quoi en perdre son latin.

    Une gymnastique intellectuelle pour les rédacteurs web, un entrainement quotidien

     

    Vous me direz, que cela ne représente pas un danger, puisque nous acceptons les deux formes, cela ne pose apparemment pas de problème pour les fautes d’orthographe. Sauf que la finale ou le finale se déclinent aussi en adjectif qualificatif, qu’il va alors falloir apprendre à moduler en fonction du nombre. Ecrit-on, au masculin pluriel, finals ou finaux ? Les deux mon capitaine, et les objectifs peuvent être finals ou finaux même si à l’oreille, vous l’avez compris, certains ne pourront se résoudre à écrire l’une ou l’autre des formes. Et encore faut-il ne pas faire d’autres fautes d’orthographe, au risque de blesser vos prospects ou vos clients si vous les qualifiez de finauds en lie et place de finaux. Parfois, la langue française est donc plus facile à parler qu’à écrire, mais c’est aussi cela qui fait le charme de l’écriture après tout.

    Et vous, quelles sont les fautes d’orthographe que vous commettez le plus souvent ? des conseils, des astuces à partager ?

    Bien écrire, une question d’orthographe, de grammaire, et de … volonté !

    Bien écrire, une question d'orthographe, de grammaire et de volonté

     

    L’orthographe est un outil pour le rédacteur web comme pour l’écrivain ou le journaliste. Aussi lorsque l’on évoque une réforme de la langue française, les professionnels de l’écrit peuvent, à juste titre, s’inquiéter ou tout du moins s’interroger !

    L’orthographe et la grammaire, sens de l’exigence ou facilité du relâchement !

     

    Bien écrire pour le web implique également de maitriser l’orthographe et la grammaire, tout en pouvant s’appuyer sur un vocabulaire riche et varié. Il ne s’agit pas de concourir aux dictées de Pivot et autres concours à la gloire d’une langue française en plein abandon, mais de s’exercer à un art, que le rédacteur web freelance doit, comme l’écrivain traditionnel, aimer plus que tout : écrire.  En un mot, bien écrire pour le web ne devrait pas être différent de bien écrire, tout simplement, et pourtant.

    On entend ici et là, depuis plusieurs mois si ce n’est plusieurs années, parler de réforme de l’orthographe. La dernière rumeur en date cible plus particulièrement l’accord des participes avec l’auxiliaire avoir. Nous avons, à notre époque, appris cette règle (compliquée à comprendre, il faut bien l’avouer) faisant de la place du COD la base de la règle. Est-ce utile de vouloir supprimer une des caractéristiques de la langue française, au prétexte que les enfants ne l’assimilent plus ou en soulignant, que les fautes d’orthographe commises font de cette règle un piège récurent pour la majorité ?

    Rédacteur web, journaliste, écrivain, ….une même passion pour l’écriture sous toutes ses formes ?

     

    Ce n’est pas parce qu’un rédacteur web apprend les techniques SEO pour doper ses messages, qu’il perd alors cette passion des belles lettres. Et l’écrivain, rédigeant ses textes sur un clavier d’ordinateur et se faisant assister d’un correcteur orthographique, peut aussi s’enflammer en essayant de déjouer les nombreux pièges de la langue française. Est-ce par pudibonderie, que certains préféreraient parler des vieus ou des tendancieus permettant ainsi d’éliminer ce X, jugé par trop difficile à manier ?

    Il ne s’agit pas d’imposer l’idée qu’un professionnel de l’écrit ne commet jamais de fautes ni d’erreurs, mais de souligner à quel point ces efforts pour réduire ces dernières sont intenses et récurrents. Doit-on céder à la volonté du plus grand nombre, ou accepter au contraire le sens de l’exigence et de l’effort comme une vertu ?

    La question semble bien futile au regard des problèmes de société, et pourtant, c’est le reflet de notre réaction face à l’effort et au devoir, et le constat se révèle alors bien amère. Eric Rédaction n’est pas opposé en soi à toute réforme de l’orthographe mais refuse d’accepter une révolution silencieuse, celle-là même qui conduirait à préférer l’écriture SMS aux Belles Lettres.

    Et vous, êtes-vous fâchés avec l’orthographe ? Que pensez-vous de ces réformes qui s’annoncent ?

     

     

    Pourquoi parler d’écriture avant d’évoquer la rédaction web ?

    La stratégie de contenu, des formations d'un rédacteur web

     

    Ecriture et rédaction sont deux notions complémentaires mais pas totalement assimilables, à l’inverse de ce que l’on pourrait croire. Avant de devenir rédacteur web, nous nous passionnons pour l’écriture, et c’est ce schéma qui nous permet d’élargir notre horizon, comme quoi parfois, la sémantique peut aussi être une inspiration pour les stratégies marketing !

     

    Quand l’écriture peut aussi être manuscrite sans perdre en efficacité

     

    Savoir écrire, maitriser l’orthographe, connaître les bases de la grammaire, avoir un style agréable à lire, être curieux, savoir vulgariser des informations techniques, …. Les attentes des webmasters et des e-commerçants sont nombreuses lorsqu’ils nous contactent pour la rédaction d’une fiche produit ou d’un article de blog. Et nous n’évoquons ici que les sujets, évoqués avant de se concentrer sur les règles de référencement (« Et la rédaction SEO, vous connaissez ? »). Vous l’avez compris, le rédacteur web doit être un écrivain avant d’être un spécialiste du SEO et du référencement. Et si le contenu est ROI, le rédacteur doit donc être aussi un pragmatique, curieux de tout et sachant expliquer aisément. Mais ces qualités ne sont pas spécifiques au métier de rédacteur web, puisque vous pourrez en avoir besoin dans de nombreuses situations. Eric Rédaction pourra alors vous répondre. Vous voulez mieux comprendre, alors voilà deux exemples concrets.

     

    Une formation pour tout savoir sur le Brand Content

     

    Avant de devenir un spécialiste du contenu, nous avons évolué pendant une quinzaine d’années dans le domaine de la Grande Distribution, et plus spécifiquement en tant que gestionnaire d’un centre de profit. Alors le Branding, le Brand Content et toutes ces notions marketing faisant la part belle au contenu, nous les connaissons parfaitement, car contrairement à ce que certains pourraient croire, ces stratégies marketing ne sont pas nées avec le web, bien au contraire. Nous nous sommes appuyés sur cette     expérience mais aussi, il faut bien l’avouer, sur cette expertise pour devenir formateur. D’abord en école de commerce, où nous avons apprécié de pouvoir transmettre les règles de la rédaction web, les bases de la production de contenu mais aussi les stratégies en matière de Brand Content. Naturellement, cette première expérience nous a permis, dans un second temps, de proposer des formations à des PME ou des TPE locales, ayant besoin d’acquérir des connaissances et des bonnes pratiques pour réussir.

      Envie d'en savoir plus sur nos formations sur la rédaction Web ?

       

      La stratégie de contenu, des formations d'un rédacteur web
      Le calme avant le début d’une formation sur les stratégies de contenu

      L’apprentissage du Français Langue Etrangère (FLE), une passion de la transmission et du partage

      Parallèlement à notre activité professionnelle, nous avons toujours été engagé dans le milieu associatif. Et comment un rédacteur peut-il aider le mieux son prochain si ce n’est en apprenant à un public ciblé la maitrise de notre si belle langue. C’est ce que nous faisons depuis plusieurs années, de manière totalement bénévole (est-ce besoin de le rappeler ?). C’est un échange et un partage passionnant, puisque les apprenants (des immigrés ne maitrisant rien à la langue françaises) sont riches de leur culture et de leur savoir. Cette démarche s’inscrit dans la lignée de notre mission d’écrivain public, consistant à prendre la plume pour celles et ceux, qui s’en sont éloignés pour des raisons diverses.

        En recherche des prestations d'un écrivain public ?

        Mais même si cette activité n’est pas professionnelle, nous considérons que nous devons faire preuve d’exigence et de rigueur pour proposer des prestations de qualité, comme nous le faisons pour nos clients qui nous demandent un article de blog. C’est pourquoi, nous avons suivi un MOOC consacré à cette problématique. L’obtention de ce nouveau titre nous a surtout permis d’élargir notre vision de la communication écrite, et nous ne doutons pas que nous en tirerons aussi des bénéfices pour tout ce qui touche à la rédaction web. Comme quoi, l’écriture, sous toutes ses formes, est passionnante et riche d’enseignements !

         

        Français Langue étrangère (FLE), une formation bénéfique aussi pour la rédaction web ?
        Français Langue étrangère (FLE), une formation bénéfique aussi pour la rédaction web ?

        Et vous, connaissez-vous toutes les formes que peut prendre l’écriture ? Même pour votre activité ? Et quel est votre rapport à cette dernière ?

        Rencontre avec une rédactrice Web passionnée !

        Rencontre avec une rédactrice Web
        Aujourd’hui, nous vous proposons de rencontrer Aurélie. Sa passion de l’écriture l’a naturellement menée à se plonger dans l’univers de la rédaction web, et elle nous raconte pourquoi et comment ! 

        Bonjour Aurélie, et merci tout d’abord de nous consacrer un peu de temps. Peux-tu commencer par te présenter un peu à nos lecteurs et lectrices ?

         

         

        Bonjour Eric. J’ai 39 ans, je suis mariée et mère de deux petites filles, Lucile et Louise, qui ont 9 et 6 ans.

        dans l’insertion socio professionnelle, je sens qu’il est temps de marquer un tournant dans ma carrière.

         

         

        Pourquoi alors vouloir réorienter ta carrière vers celle de la rédaction web ?

         

        Je crois que j’ai aimé écrire dès le jour où j’ai, techniquement, été en mesure de le faire ! Petite, j’écrivais des contes que j’illustrais. Au lycée, c’était de la poésie et des chansons pour les copains qui avaient des groupes de Rock. J’ai toujours pensé que ma vie était intimement liée à l’écriture, que j’allais écrire des livres et en faire mon métier. Et puis le temps passe, j’ai fait d’autres choses en parallèle de mon parcours professionnel, de la musique surtout, ce qui m’a permis d’écrire des chansons. Un jour, mon désir est revenu comme une évidence, j’étais prête et je suis devenue auteure jeunesse. J’aime la beauté des mots, les phrases bien tournées, la richesse du vocabulaire de notre langue. J’aime ce sentiment de liberté que procure l’écriture notamment en littérature jeunesse où tout est possible. J’aime les messages que l’on peut faire passer avec une jolie plume, dans un livre, dans une lettre, ou même dans un texto laissé sur un téléphone.

         

        L’écriture est donc une véritable passion avant d’être ton futur métier. Mais comment fais-tu pour assouvir cette passion ? 

         

        J’écris dès que j’en ai la possibilité. La nuit, le jour, où que je sois. J’ai des petits papiers partout dans mon sac, dans mes poches, sur ma table de nuit, dans ma voiture. Mon ordinateur est quasiment toujours allumé. Plusieurs albums jeunesse vont voir le jour en 2018 et je continue à imaginer des histoires et à les mettre en mots. D’autres projets se profilent. J’ai également créé un blog qui concerne mon activité d’auteur : http://aureliebombace.canalblog.com/ et un autre qui est un blog littéraire pour ma fille, grande lectrice : http://labibliodelucile.canalblog.com/ .

         

        Dans ces conditions, comment en es-tu venue à vouloir devenir rédactrice web ?

         

        J’arrive à un moment de mon parcours professionnel où la reconversion s’impose. Travailler dans l’insertion socioprofessionnelle c’est passionnant mais usant. J’aspire à d’autres choses. Une amie m’a parlé du métier de Rédacteur Web, métier que je ne connaissais pas. L’écriture étant  un mode de communication que je chérie et dans lequel je suis à l’aise, je me suis dit qu’il fallait que je m’y intéresse de près. J’ai fait des recherches, j’ai rencontré des gens et la reconversion s’est peu à peu dessinée dans mon esprit.

         

        Rédactrice Web passionnée, une rencontre à partager
        Aurélie, de la passion de l’écriture à la rédaction Web

        Je crois que devenir rédactrice Web à plein temps est un travail de longue haleine. Humilité, persévérance, curiosité et travail sont les maîtres mots. Beaucoup de gens écrivent, la concurrence est rude, il faut sortir du lot. Aujourd’hui j’apprends les techniques d’écriture sur le Web qui sont bien différentes de l’écriture jeunesse par exemple. C’est un monde encore inconnu pour moi, compliqué mais passionnant.

        Etre actrice de ce monde du Web m’attire et l’idée de passer mes journées à écrire me pousse à avancer et à prendre ce projet à cœur. Et puis je dois dire qu’organiser mon temps, travailler selon mon planning, entretenir des relations privilégiées avec mes clients sont aussi des données qui agissent sur mon choix  de reconversion. De plus, je suis mère et c’est un emploi qui correspond à la vision que j’ai de la gestion du temps entre famille et profession.

        J’envisage de démarrer mon activité après une période de formation car j’ai besoin d’une certaine forme de sécurité. C’est difficile et le temps est mon pire ennemi mais je n’ai pas d’autres choix. J’aimerais pourvoir travailler dans la rédaction web en parallèle de l’écriture jeunesse qui me passionne. Et puis mes enfants sont encore petits et je veux en profiter aussi.

         

        Comment réussis tout à tout gérer ? Maman, auteur jeunesse, rédactrice web, … Cela n’est-il pas trop compliqué ?

         

        Les enfants de mes amies me demandent parfois combien j’ai de métiers. Je suis une femme de projets, j’aime que les choses bougent, c’est ce qui fait que je me sens vivante. Mes enfants sont ma priorités alors je fais attention à ce que mes activités ne se fassent pas à leur dépend. Je travaille aussi le soir ou la nuit ! Mon autre passion c’est la musique, je chante depuis une douzaine d’année dans différents groupes. Le mercredi soir est donc réservé à cette activité que je partage avec mon guitariste de mari. Tout est une question d’organisation et de gestion de des priorités. Travailler sous pression me stimule même si je peux parfois paniquer et devenir insupportable. Je finis toujours par y arriver et me faire pardonner.

        Petite, je disais souvent à  mes parents qu’écrire était aussi vital pour moi que respirer. Aujourd’hui, à  39 ans, je peux dire que ça n’a pas changé.

        Merci Aurélie de nous avoir consacré du temps pour répondre à nos questions.  Et nous ne manquerons pas de revenir vers toi dans quelques mois pour prendre de tes nouvelles.

        Et vous, pourquoi avez-vous choisi la profession, que vous exercez aujourd’hui ? Par Passion, par ambition, par « concours de circonstances », … ?

        La réforme de l’orthographe, quelles conséquences pour le rédacteur Web ?

        Sans vouloir entrer dans la polémique, nous ne pouvions pas, en tant que rédacteur web, ne pas réagir à la réforme de l’orthographe, annoncée il y a quelques jours. Doit-on s’en réjouir ou au contraire tout faire pour l’empêcher ? Et si on se posait la question essentielle : Pourquoi réformer l’orthographe ?

        L’orthographe, une des forces de votre rédacteur Web

        Pour commencer, force est de constater qu’ils sont nombreux à avoir tiré la sonnette d’alarme depuis de nombreuses années. Des écrivains, des professeurs ou des amoureux de la langue française se sont, depuis de nombreuses années, émus de la baisse de niveau des écoliers d’une part mais aussi de tout un chacun d’autre part.

        Les réactions se font plus violentes encore (dans un sens comme dans l’autre) depuis que l’on a appris l’entrée en vigueur d’une réforme de l’orthographe d’usage (sic !).  Il aurait été difficile de réformer quelque chose, dont on ne se servait pas, à moins de ne vouloir satisfaire personne….

        dictionnaire

        L’écriture, une vocation appelée à s’atténuer ?

        Que doit-on penser d’une telle réforme ? La question est délicate. Optimiste, nous pourrions voir dans cette démarche, la volonté d’adapter notre langue aux usages de notre époque, et dans ce cas précis, nous ne pourrions que l’encourager. Nous ne pleurerons pas en voyant la disparition de l’oignon, même s’il restera à jamais à l’origine de bien des larmes. Le nénuphar va-t-il perdre en poésie en voyant son écriture simplifiée ?

        A l’inverse, nous nous offusquerons en devinant une ambition bien moins louable derrière cette réforme : gommer les lacunes d’aujourd’hui par un appauvrissement de notre langue. Car dans ce cas, et dans ce cas uniquement, la langue de Molière est condamnée à plus ou moins long terme.

        Accent circonflexe et trait d’union, des signes d’un autre temps ?

        Changer pour évoluer oui, mais changer pour cacher notre manque de courage non. Combien de temps faudra-il alors pour voire les règles d’accord du participe passé remises en cause ? Pourra-t-on, dans 10 ans ou dans 100 ans, « écrire comme on parle » à la mode des SMS et autres messages raccourcis ? C’en sera fini de la rédaction web, mais bien plus grave, la langue française aura perdu ce qui en fait son charme et son attrait.

        Même en tant que rédacteur web confirmé, que pigiste reconnu ou  qu’écrivain public expérimenté, nous commettons, aujourd’hui encore, des fautes d’orthographe, que l’on pourra qualifier d’étourderie pour certaines et de méconnaissance (ou oubli) pour d’autres. Mais une faute d’orthographe fait aussi partie du charme de la lecture. N’avez-vous jamais ressenti le plaisir de prendre la plume pour prévenir un éditeur ou un organe de presse d’une telle coquille ?

        En vidant l’orthographe de son sens, et en cherchant à niveler l’orthographe par le bas, ce petit plaisir sera à jamais interdit. Car qui écrit comme il parle ne commet jamais de fautes !

        Bien loin des préoccupations de la rédaction web, la réforme envisagée interloque autant qu’elle interroge. Et vous, qu’en pensez-vous sincèrement ? Indifférent aux changements annoncés ou prêt à prendre le maquis ?

        Ecrire une fiche SEO parfaite ou devenir auteur de best-seller, une même passion ?

        J’ai pris grand soin à parler de passion et non pas de combat, car si l’écriture peut mener à tout – Pourquoi se souvient-on de Gilgamesh selon vous ? 🙂 – encore faut-il connaître précisément le but que l’on poursuit. Eric Rédaction vous répond, quelle que soit votre recherche, et vous assure une réponse rapide et sincère.

        Rapide, parce que vous devez savoir si Eric Rédaction peut rédiger votre (ou vos) texte(s), afin de pouvoir vous organiser et le cas échéant rechercher un   rédacteur Web SEO.

        Sincère, car je mets un point d’honneur à ne pas m’engager sur un projet, que je ne maitrise pas ou avec lequel je ne me sente pas en accord tout simplement.

        La rédaction Web ou l’écriture universelle réinventée

        Pour Internet, les demandes sont multiples, et il m’est impossible de toutes les citer. Vous pourrez par exemple me confier :

        • La rédaction d’une fiche produit ou de la totalité de votre catalogue
        • La rédaction du contenu SEO de votre site vitrine
        • La rédaction de billets de blogs, que ces derniers soient réguliers ou pas
        • La gestion de la mise en ligne de votre contenu
        • La définition de votre stratégie éditoriale (avec le calendrier qui va avec…)
        • L’étude de votre univers en ce qui concerne le vocabulaire, le champ lexical ou sémantique (ce n’est pas la même chose, mais nous vous l’expliquerons prochainement), la définition de vos mots clés, ….
        • La rédaction de posts pour vos réseaux sociaux (sans être un véritable Community Manager, je peux vous aider à affirmer votre identité sur la Toile)
        • …..

        Orthographe, grammaire, SEO, référencement, originalité, ….bref tout ce que vous pouvez attendre peut trouver une réponse.

        L’écriture, une tradition tournée vers l’avenir

        Même si elle est différente, la rédaction peut-être « Print ». Que l’association est hideuse pour désigner cette écriture manuelle sur un support plus conventionnel. Car à l’heure du numérique, je peux vous assurer que l’écrit, en tant que tel, n’est pas mort, bien loin de là (Vous en doutez, alors posez-vous une simple question : vous préférez recevoir un mail animé avec des Gif partout ou une carte postale, sur laquelle l’expéditeur aura pris plaisir à vous saluer d’où qu’il soit ?)

        Pour les particuliers, Eric Rédaction est aussi un écrivain public, rédigeant les courriers administratifs ou amoureux (oui, oui, cela arrive), les demandes judiciaires comme réponses à mise en demeure, ….Là encore, je ne considère pas mon rôle comme devant se limiter à la rédaction. Conseils, écoute, échanges, …font partie de mes missions et rendent alors la rédaction plus facile et plus compréhensible.

        Rédaction de piges pour des journaux spécialisés, écriture d’un journal interne à une entreprise, écriture des mémoires de personnes souhaitant transmettre plus à leur entourage, rédaction de livres sur des thématiques particulières, rédaction de panneaux informatifs pour fêter l’anniversaire d’une entreprise, …..

        Des écritures multiples avec des objectifs différents mais une même passion : écrire.

        Peut-être, que tout commence par là. La passion de ce que l’on accomplit et le sens que l’on prête (et souhaite donner) à son action. Eric Rédaction le démontre chaque jour à ses clients et se propose de vous convaincre à votre tour. Alors quel est votre projet de rédaction ?

        Comment écrire les jours de la semaine ?

         

         

         

        Si nous parlons souvent de rédaction Web pour booster ou soigner votre référencement, cette écriture digitale se doit aussi d’être plaisante et correcte. Pour l’aspect plaisant, tout reste subjectif, mais Eric Rédaction peut vous aider à proposer un ton décalé, encyclopédique, humoristique, commercial …. Le choix du style relève de votre stratégie marketing, car il ne s’agit pas de choisir seulement un effet de style mais bien de refléter l’âme et l’esprit de votre site.

        Pour être correcte, la rédaction web doit aussi se plier aux règles de l’orthographe et de la grammaire, même si certaines erreurs sont couramment admises et mêmes plébiscitées (vous n’avez jamais croisé ces « vacances pas cher », que l’on vous promet). Là encore, c’est une question de choix de votre part.

        Un petit exemple (parmi tant d’autres) avec les jours de la semaine. Contrairement à ce que certains prétendent, les jours de la semaine ne sont rien de plus que des noms communs, et à ce titre ils s’accordent en nombre selon le contexte visé. Mais comme ce sont des noms communs, on parlera de dimanche et non pas de Dimanche.

        Je travaille ce lundi soir mais je ne travaille jamais les jeudis.

        Mais

        Je ne travaille pas les mercredi et vendredi de chaque semaine

        (Chaque semaine, il n’y a qu’un vendredi et qu’un mercredi)

         

        Il m’apparait enfin essentiel de préciser que ce n’est qu’un exemple. Car si Eric Rédaction ne travaille pas le mardi, mercredi, jeudi, vendredi et bien évidemment le week-end, vous avez bien noté que je suis présent au poste le lundi soir. Alors à vos claviers, un petit message et à lundi pour une réponse de ma part…. 🙂